Zone pastorale - Saint-Nazaire+Brière
http://saint-nazaire-briere.catholique.fr/A-la-rencontre-des-personnes-en
      A la rencontre des personnes en souffrance psychique

A la rencontre des personnes en souffrance psychique

La surprenante présence de l’Eglise en psychiatrie nous aident à saisir que la santé spirituelle n’est pas affaire de santé psychique.


La surprenante présence de l’Eglise en psychiatrie nous aident à saisir que la santé spirituelle n’est pas affaire de santé psychique.

L’hôpital est avant tout service à tous les souffrants. Bien au-delà de la technicité, l’hôpital porte un idéal : « l’hôpital corps d’espérance » .
A l’hôpital, l’aumônerie n’a pas l’exclusivité du soin relationnel car les soignants ne fournissent pas que le soin médical. L’aumônerie ne délivre pas non plus de « discours religieux comme des potions » . C’est tout l’hôpital, chacun selon son service, qui a pour mission de prendre soin des personnes malades.
La surprise passée, la « folie » revisitée, l’Église, et donc tous..., nous sommes « enrichis » de façon surprenante par cette expérience : « des malades de la relation » avec eux-mêmes, les autres, Dieu, peuvent enrichir notre relation avec nous-mêmes, les autres, Dieu !
La pastorale en psychiatrie nous rappelle « la fécondité du mystère » de la rencontre avec soi, l’autre, Dieu. Nous sommes transformés par les Ecritures comme transmission vivante qui passe par notre parole singulière. Cette parole qui nous est adressée personnellement n’est pas un langage codé pour spécialiste et « bien-portant ». La Parole de Dieu donne la vie nous en sommes témoins

Découvrir la psychiatrie pour y moissonner l’espérance chrétienne, c’est le cadeau que nous offrent des personnes malades psychiques se trouvant dans un dénuement total et souvent privées de liberté. Aller à leur rencontre est une chance de se redécouvrir soi-même comme chrétien.
C’est également une chance pour l’Église de s’y faire interpellée sur sa propre « folie » au sens de la Croix.
Les personnes hospitalisées en psychiatrie aident Dieu à ne pas s’éteindre dans le milieu hospitalier, comme l’écrivait Etty Hillesum à propos des camps de la mort « Ce sont des temps d’effroi, mon Dieu…
Je vais t’aider, mon Dieu, à ne pas t’éteindre en moi…C’est tout ce qu’il nous est possible de sauver en cette époque et c’est aussi la seule chose qui compte : un peu de toi en nous, mon Dieu »
Est-ce par besoin de témoigner, du don de la Vie pour chacun de nous, que nous sommes poussés à l’aventure de la relation en psychiatrie, au risque de la transformation réciproque ?

1 réaction


7 décembre 2014 17:45, par yannick le vaillant boulaire

 Il faut passer par la psychiatrie des hôpitaux pour saisir la souffrance , le dénuement total . Aujourd’hui encore , la maladie psychiatrique est considérée comme tabou . Il faut cacher . Je souffre d ’ anorexie , d’ hyper-activité , de trouble bipolaire .Ma famille m ’ a éjectée . Les mains tendues sont plus que rares . Un chaleureux merci à tous ceux qui osent s ’ aventurer avec nous .

- repondre message


 

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Communauté de paroisses Brière Saint-Nazaire
Vicaire François Renaud
Eglise catholique de Brière-Saint-Nazaire

Agenda
août 2017 :

Rien pour ce mois

juillet 2017 | septembre 2017

Dans l'Eglise

Lectures du jour

Saint(s) du jour

Diocèse de Nantes

Enseignement catholique

Eglise de France

La Croix

Bonnenouvelle.fr