Paroisse Saint-Pierre de l’Océan
http://saint-nazaire-briere.catholique.fr/Historique-Eglise-Saint-Marc-138
      Historique - Eglise Saint-Marc

Historique - Eglise Saint-Marc



1889 - 1989
Centenaire de l’Église de Saint-Marc

Hommage au Père Bretéché

Le Père Bretéché parlait de Saint-Marc en ces termes :

J’ai entendu :
- Regardez... D’ici on voit bien le clocher
- Vous savez, d’ici on entend bien les cloches quand le vent est bon... !


En prélude

J’ai entendu :
Regardez... D’ici on voit bien le clocher
Vous savez, d’ici on entend bien les cloches quand le vent est bon
Les gens de Saint-Marc,
Ceux des villages et ceux du bourg,
Même ceux qui sont peu habitués à entrer à l’église,
Même ceux qui hésitent à dire leur foi en Dieu, devinent l’importance de leur église, et sont fiers de leur CENTENAIRE.
Nos aïeux, nos aînés, construisirent notre église en un temps record, avec une foi évidente.
Chez elle, nous admirons cet ensemble, où tout est simple , où tout est solide. Chez elle, nous rencontrons CELUI qui a vécu si simple et si solide.
Chez elle, nous apprenons à vivre plus simples et plus solides, dans un monde si compliqué et si fragile.
Elle reste jeune
Restons jeunes
Que Dieu y veille

Le Père Pierre Bretéché

Chapelle Saint-Marc

L’organisation religiseuse

Voici les trois grandes étapes de l’organisation religieuse à Saint-Marc :

  • Avant 1860, une chapelle :
    il y réside un chapelain, responsable de cette chapellenie. Entièrement dépendante de Saint-Nazaire où doivent se célébrer les baptêmes, les mariages, les sépultures.
    - Vers 1816 M. l’abbé Bertho (qui possède des terres et en fait don à la chapelle)
    - De 1833 à 1850 M. l’abbé Gaudes
    - De 1850 à 1852 M. l’abbé Maillard
    - De 1852 à 1857 M. l’abbé Boulo
  • De 1860 à 1888, une chapelle de secours :
    dépendant de la paroisse de l’Immaculée.
    Remarque : de 1857 à 1871, il n’y eut pas de prêtre résidant à Saint-Marc, la chapelle fut abandonnée.
    - De 1871 à 1876 M. l’abbé Depond
    - De 1876 à 1879 M. l’abbé Aubin
    - De 1879 à 1881 M. l’abbé Cormerais
    - De 1881 à 1904 M. l’abbé Bertrand
  • De 1888 à nos jours, une paroisse :
    avec un curé, avec un Conseil de Fabrique (laïcs).
    - De 1904 à 1927 M. l’abbé Jean Blois
    - De 1927 à 1953 M. l’abbé Pierre Guisnel
    - De 1953 à 1967 M. l’abbé Donatien Jaunin
    - De 1967 à 1969 M. l’abbé Joseph Mercier
    - De 1969 à 1986 M. l’abbé Marc Lebeaupin
    - De 1986 à ... M. l’abbé Pierre Bretéché

Quelques "vicaires" ou "vicaires-instituteurs" se sont également succédés
- spécialement l’abbé Bouché de 1927 à 1943.
- puis les abbés Chauves, Guillard, Grossin, Tessier, Uzenot, Rossez.

A notre très vieille chapelle

Poème composé en décembre 1931 par l’abbé Pierre Guisnel,
ce curé qui composa quelques centaines de poésies,
sur les sujets les plus variés et les plus inattendus :

Son âge était son seul mérite,
Mais là, prièrent nos aïeux.
Pour Dieu, c’était un pauvre gîte,
Mais Bethléem n’était pas mieux.
A Saint-Marc, notre évangéliste
Un voeu, jadis, la fit bâtir.
En quel siècle ? Nul archisviste
N’a jamais su le découvrir.
Nous savons, à défaut d’histoire,
Inscrire sur les parchemins
Que nos aïeux vers l’Oratoire
Allaient par de mauvais chemins.
On venait des lointains villages,
Y prier le jour du Seigneur,
Et de nombreux pélerinages
A Saint-Marc portaient leur ferveur.
Saint-Marc, un jour, eut une crise
De croissance — et quand il s’accrut
Cédant à la nouvelle église,
L’humble chapelle disparue.
Mais la croix nous le rappelle,
Nous la voudrons entretenir,
Car toujours, ô Vieille Chapelle,
Tu vis dans notre souvenir.

L’église en construction

Avant 1888 :
Place de l’ancienne chapelle, sur le front de mer, il existe un édifice religieux qui se dégrade peu à peu.
Sur une vieille poutre, une seule date

– 1643 ! –Est-ce la date de construction d’un premier édifice ?


Mordant la falaise sans cesse
L’océan la fit reculer.
Un jour, la Chapelle en détresse,
Sous les vents faillit s’écrouler.
Pour se défendre de la bise,
Se garder de l’embrun du flot,
Saint-Marc recula son église
Et l’assit au flanc du coteau.

Le ler dimanche d’octobre 1888, le Conseil de Fabrique décide :
- de ne pas réparer l’ancienne chapelle qui s’écroule,
- de construire un nouvel édifice.

Le 16 janvier 1889 :
c’est le début des travaux qui se réalisent rapidement.

Le 22 décembre 1889 :
c’est la Bénédiction solennelle de l’Eglise, au cours d’une cérémonie présidée par le Père Alexis, récollet, gardien du couvent de Saint-Nazaire.

Voici le devis des travaux à exécuter pour la construction de l’Eglise de Saint-Marc :

– pour les six travées 20.535,78 francs
– pour la façade principale 2.608,91 francs
– pour la façade postérieure 1.387,66 francs
– pour l’abside 2.536,15 francs
– pour la sacristie 1.285,17 francs
– pour le clocher 10.133,53 francs
Total 38.487,20 francs

C’est le devis de l’architecte M. Van Den Brouck.
Ce devis est signé et accepté, par M. Bertrand, curé, et par MM. Auguste Couronné, François Pierre, Joseph Guihenneuc, Pierre Couronné et Jean Morice, conseillers paroissiens.

Les aménagements

• Dieu peut-on donner une trop riche offrande,
• Dieu qui nous fit naître et par qui nous vivons,
• Dieu qui nous donna tout ce que nous avons,
• Avec ce bienfaiteur, faut-il que l’on marchande ?

Le 10 juillet 1910 :

Monseigneur Rouard, évêque de Nantes, baptise les quatre nouvelles cloches de notre église. Voici quelques commentaires dans le style du temps :
Ce 10 juillet 1910 voit se lever un jour splendide :
c’est pour sourire à la belle fête qui se prépare — ce jour-là doit avoir lieu la bénédiction de quatre belles cloches qui sont faites chez M. Havard-Cornil à Villedieu-les-Poëles. M. Ouvrard, entrepreneur de beffrois à Nantes a été chargé de faire les négociations...
L’avant-veille, le vendredi, les cloches sont arrivées sur un chariot :
les gens regardent, étonnés, ces quatre grosses cloches et n’en reviennent pas. Ils étaient accoutumés à la petite cloche qui, ne mesurant que 35 cm de diamètre, ne se faisait entendre que très peu loin...
Le dimanche, Monseigneur arrive à Saint-Marc à 10 h 15. Après la messe célébrée par l’abbé Aoustin, propriétaire du chalet "Les Frégons", Monseigneur procède au baptême des cloches... L’église était trop petite pour contenir la foule venue pour assister à une cérémonie assez rare...
Pendant le déjeuner, les cloches furent montées dans le clocher par les ouvriers ad hoc, aidés par des bonnes volontés.
Après les Vêpres, elles commencèrent à sonner le baptême d’un petit enfant du village du Vantard, fils de Joseph Le Délezir et de demoiselle Cornet.
Un accident devait cependant ternir l’éclat d’une si belle journée — vers 6 h 30 de l’après-midi, un homme de 71 ans, voulant lui aussi aller sonner les cloches, tomba si malencontreusement sur la tête, dans le raide escalier, qu’il mourut instantané¬ment.

Voici les noms de ces cloches

-la plus grosse : je m’appelle Maria-Anna. J’ai pour parrain M. Olivier Renault et pour marraine Mlle Marie Thubé.
-la deuxième : je me nomme Georgette-Aline. J’ai pour parrain M. Georges Pellerin et pour marraine Mlle Aline Boulet.
-la troisième : je me nomme Marc-Joseph. J’ai pour parrain M. Albert Jubineau et pour marraine Mlle Françoise Couronné.
-la quatrième : je me nomme Jeanne d’Arc. J’ai pour parrain M. René Berthaud et pour marraine Mlle Marie Berthaud.

Le 15 décembre 1912, la chaire :

Ce dimanche, tous les paroissiens sont étonnés en arrivant à l’église – en effet, une chaire à prêcher est installée dans le côté gauche et attire l’attention – c’est une très belle chaire, style Louis XVI – elle a été achetée "de rencontre" chez un fripier...
Elle a été nettoyée et restaurée par un ébéniste du pays, M. Étienne Rouaud, de l’Immaculée, qui a apporté tous ses soins...

Le 20 juin 1913, Vente aux enchères ! :

Par les lois de 1905, les biens paroissiaux, meubles et immeu¬bles, avaient été confisqués au profit de l’État.
Pour ce qui concerne notre paroisse, les biens immobiliers avaient, semble-t-il, été attri-bués à différents organismes
bureau d’aide sociale, hôpital...
Ces organismes décidèrent de mettre fin à cette copropriété en organisant la vente aux en-chères, ce 20 juin 1913.
Les biens de la Fabrique de Saint-Marc avaient été divisés en treize lots, y compris le presbytère actuel et la vieille cure située n° 56, rue Villès-Bousseau. Avec la permission de Monseigneur l’Évêque, le curé de Saint-Marc racheta une partie de ces biens, notamment le presbytère qui, depuis lors, appartient à l’évêché, par contre, l’église appartient toujours à l’État et la ville de Saint-Nazaire doit en assurer "le clos et le couvert" (murs, toitures, fermetures...).

En 1930 :

Une partie des chaises venues de la vieille chapelle, fut remplacée par les premiers bancs de chêne...

En 1935 :

Pour remplacer le vieil autel, un nouveau meuble en chêne massif a été commandé à la maison Beauchêne, d’Issé ? c’est l’autel qui est actuellement situé au fond du choeur.

En 1936 - 1937 - 1938 :

Les boiseries furent placées, progressivement, dans le choeur, puis dans la nef.
Un carrelage fut posé dans le chœur, puis dans les allées.

Pendant la guerre de 1940-1945 :

Dans la nuit du 28 juin 1942, un chapelet de bombes s’abattit sur le bourg. L’une d’elles tomba sur la place de l’église, elle broya quelques tilleuls et brisa les trois-quarts des vitraux. La grande porte fut criblée d’éclats et renversée.
La façade conserve quelques traces de cette explosion.

Le 26 novembre 1950 :

Fut inaugurée la fresque du chœur. Le père Guisnel trouvait que la voûte, au-dessus du choeur, était bien nue. Il s’adressa à des décorateurs nantais, M. et Mme Leray, pour y représenter une scène évangélique. Il voulait une scène "maritime", c’est ainsi que fut choisi le sujet : La Pêche miraculeuse.
A plusieurs reprises, la municipalité de Saint-Nazaire donna l’autorisation de réaliser, "aux frais de la paroisse", différents travaux plus récents :
le 12.09.64 : Autorisation de faire exécuter, à l’intérieur et à l’extérieur de l’église, tous les travaux que vous jugez utiles pour l’agrandissement de l’église. Et ce fut la construction de la tribune, sous l’impulsion du père Donatien Jaunin.
le 6.02.73 : Autorisation de remplacer les verres dépolis placés sur les vitrages de l’église, par des verres teintés... par M. Yves Dehais, maître-verrier à Nantes...
Et ce fut l’arrivée d’une autre lumière à l’intérieur de l’église sous la vigilance du père Marc Lebeaupin.
La générosité des paroissiens habituels et des estivants permit ainsi, peu à peu, de donner à notre église, cette harmonie qui favorise la prière.
C’est bien !

La Paimpolaise des Saint-Marcois

Dans votre course vagabonde
Parmi les jardins d’agréments,
Voyageurs qui courez le monde,
Savez-vous un coin plus charmant,
Trouvez-vous un parc – plus beau que Saint-Marc ?

Refrain

J’aime mieux Saint-Marc et sa plage,
Sa jetée au bout du rocher,
J’aime mieux le gai paysage
Entourant son joli clocher.

Avec l’océan pour bordure Semé de rochers gracieux,
Et ses villas dans la verdure,
Notre parc est délicieux.
Et partout ailleurs, vous direz, baigneurs

J’aime bien quand la mer est haute,
La voir briser avec fracas
Aux récifs de la Grande Côte
Du Croisic ou du Bourg-de-Batz.
Mais même là-bas, je me dis tout bas

J’admire La Baule et ses sables Infinis comme le désert
Et les files interminables
De ses villas bordant la mer, Dans ce beau décor, je me dis encor

Ponichet n’est pas sans délice ;
D’Escoublac, j’aime les sapins ;
On peut aussi, c’est un caprice,
Se plaire à La Baule-les-Pins.
Quand je vais là-bas, bientôt, j’en suis las.

<Côtes d’Azur ou d’Émeraude,
Vents plus vifs ou plus tempérés,
Plage plus fraîche ou bien chaude,
Vantez tout ce que vous voudrez.
Mais les Saint-Marcois vous diront narquois

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Paroisse Saint-Pierre-de-l’Océan
Curé : Michel LEROY
2, Rue Léon Jouhaux
44600 Saint-Nazaire
Écrire un mail
Tél. : +332 40 70 17 43
- Pland’accès

Agenda

Dans l'Eglise

Lectures du jour

Saint(s) du jour

Diocèse de Nantes

Enseignement catholique

Eglise de France

La Croix

Bonnenouvelle.fr