La Zone pastorale - Saint Nazaire Brière
https://saint-nazaire-briere.catholique.fr/Edito-Par-le-Pere-Michel-Leroy-2099?lang=fr
      Edito- Par le Père Michel Leroy

Edito- Par le Père Michel Leroy


« Le « Notre Père » change ! »


        En France, à partir du dimanche 3 décembre 2017, dans toute célébration liturgique, la formulation du « Notre Père » change ! A la place de « ne nous soumets pas à la tentation », nous dirons : « ne nous laisse pas entrer en tentation ».

        Le texte original du « Notre Père » est en grec. La traduction que nous utilisons
actuellement date de 1966. Elle a été écrite dans l’élan de la réforme liturgique du Concile Vatican II.

        La traduction actuelle de la sixième demande comporte une difficulté de compréhension. En disant « ne nous soumets pas à la tentation », nous pouvons entendre que Dieu pourrait nous soumettre à la tentation, nous éprouver en nous sollicitant au mal. Ce n’est pas là la foi chrétienne. Saint Jacques par exemple, dit clairement : « Dans l’épreuve de la tentation, que personne ne dise : "Ma tentation vient de Dieu". Dieu, en effet, ne peut être tenté de faire le mal, et lui-même ne tente personne » (Jc 1, 13).

        Mal comprise, cette formule avait besoin d’être modifiée. Cela a pris du temps…
Ce changement avait des implications œcuméniques.

        La nouvelle traduction – « ne nous laisse pas entrer en tentation » écarte l’idée que Dieu lui-même pourrait nous soumettre à la tentation. Le verbe « entrer », avec son dynamisme, reprend l’idée d’un mouvement, comme on part au combat. Or, c’est bien d’un combat qu’il s’agit : le combat spirituel. Dans l’affrontement décisif avec le Prince de ce monde, au jardin des Oliviers, Jésus prie : « Père, s’il est possible que cette coupe passe loin de moi ». Les disciples que nous sommes font la même prière pour eux-mêmes et leurs frères en humanité : « ne nous laisse pas entrer en tentation ».

        Accueillons avec joie et humilité ce changement. Au cours de la messe, nous disons cette prière juste avant la communion. Par une expression commune, nous
expérimentons à la fois notre union au Christ – Jésus prie en nous – et l’unité de
l’assemblée. En passant tous ensemble, le même jour, à cette nouvelle traduction, nous manifestons notre attachement à la communion.

        Ne nous laissons pas succomber à la tentation de résister à un tel changement !

Michel Leroy
Curé de la paroisse Saint Pierre de l’Océan, doyen.

Notre Père

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Communauté de paroisses Brière Saint-Nazaire
Vicaire François Renaud
Eglise catholique de Saint-Nazaire-Brière

Agenda

Rendez-vous

Dans l'Eglise

Lectures du jour

Saint(s) du jour

Diocèse de Nantes

Enseignement catholique

Eglise de France

La Croix

Bonnenouvelle.fr